André Tignon - - Jamais à l'abri d'un pépin de santé. 2011
Jamais à l'abri d'un pépin de santé
A 46 ans, Attilio Lana, randonneur aguerri et président de l'ASPTT Béthune, a été emporté par une tumeur maligne malgré la mobilisation générale. L'occasion d'évoquer d'autres mauvais coups du sort.

La pratique du cyclotourisme, aussi bonne pour la condition physique que le sport et la culture, ne met pas à l'abri d'un pépin de santé. Un accident est vite arrivé avec des conséquences qui vont du simple bobo à, malheureusement, l'irrémédiable en passant par d'éprouvantes souffrances. Ainsi la jeune vttiste Elysa Houdart, fille du président du Cyclo Cyclo Estinnois (B), s'est-elle brisé cinq vertèbres lors du VTT de Dour. Avec audace elle écrit dans le bulletin de son club : " Je suis privée de brevets pour la saison d'hiver mais j'ai un moral de fer pour revenir l'an prochain, sur mon vélo, à vos côtés ".

Souvent plus sournoises, les maladies peuvent nuire aux ambitions cyclotouristes, sinon les ruiner. Ainsi déplorons-nous le décès du cyclo-randonneur d'exception qu'était Attilio Lana survenu ce 2 octobre 2011. Son épouse Bettina avait lancé l'association " Tous pour Attilio " qui permit de récolter des fonds pour une coûteuse intervention de dernière chance. Ce fut en vain mais, au moins, la solidarité cyclo a-t-elle permis de ne pas ajouter une douleur financière à la douleur morale.

Sans que cela soit toujours aussi tragique, nous connaissons tous des ennuis de santé qui contraignent de renoncer aux joies de la pédalée en quête de la bonne forme, de l'effort physique et de la découverte de l'environnement. Avec, souvent, privation du charme de la vie associative de ceux qui partagent la route.

S'il n'y a pas lieu de faire grand cas des maladies bénignes qui prennent le pédaleur en grippe, on reste sans voix, sinon épouvanté, devant le malheur que sont le cancer, dans toutes ses formes, et la crise cardiaque dans sa brutalité. Or de cela personne n'est totalement à l'abri, même le plus soucieux de son hygiène de vie.

Alors il faut se forger un moral d'acier et profiter des encouragements de l'entourage. Sachant qu'on est tous en sursis, il faut puiser dans les bons exemples démontrant que pédaler chaque jour contre le cancer n'est pas impossible. Le mérite, sinon le bonheur, n'en est que plus grand.

Le cyclo cardiaque, lui, bénéficie d'une chance supplémentaire : c'est souvent le médecin qui lui prescrit ... de repartir à vélo. Avec modération !

Photo ci-jointe : Il faut puiser dans les bons exemples démontrant que pédaler chaque jour contre le cancer n'est pas impossible.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share


Date de création : 20/10/2011 @ 19:14
Dernière modification : 20/10/2011 @ 19:14
Catégorie : André Tignon
Page lue 3119 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^