André Tignon - - Faut-il tenter l'impossible ?
Le courage cyclo est une bonne chose mais il faut se plier aux exigences de la montagne.
Les conditions météos actuelles en refroidissent plus d'un. Alors, quand un courageux grimpeur a prétendu tenter l'escalade du Ventoux ce 1er janvier ce fut l'avalanche chez les Cent Colistes !

Dans le forum du site internet du Club des Cent Cols le message n'est pas passé inaperçu : " J'aimerais escalader le mont Ventoux le 1er janvier ! Croyez-vous cela possible ? " Si vous optez pour la négative, sachez que l'expérience des uns peut contredire celle des autres. Car, au Ventoux comme ailleurs, " cela dépend ! ".

Nombreuses, et parfois cinglantes, furent les répliques pour contester l'intention. Avec comme arguments que le Géant de Provence est parfois inaccessible en été, à cause du vent glacial à l'approche du sommet et qu'en ce moment il ne fait bon rouler nulle part sous nos latitudes.

Le déneigement s'arrête à la station de ski

Des réponses plus nuancées se sont appuyées sur des données techniques l'accès au Ventoux est impossible sur le versant nord; en provenance de Malaucène car le déneigement de la route s'arrête à la station de ski du mont Serein. Eu revanche la route est dégagée selon les nécessités de service à la station météorologique du sommet (2.912m) sur le versant sud, à partir du Chalet Reynard. La route Bédouin-Sault, via le Chalet Reynard (1.417m), reste normalement accessible.

Arrive alors le témoignage optimiste de l'Ardennais Fernand Yasse rappelant qu'il a justement, avec Bernadette sa compagne, fêté le 1er janvier 2003 au sommet du Ventoux. Non sans mal car une barrière empêchait le passage des voitures, mais pas des vélos et car les 500 derniers, verglacés, imposèrent de marcher à pieds. Ce 1er Janvier le froid était vif mais le paysage lointain tellement ensoleillé !

Le Gaulois, c'était quelqu'un

Les héros s'empressent de préciser que leur audace a profité de circonstances favorables. Il faut en tenir compte avant de défier la montagne. Les anciens cyclos se souviennent du cyclotouriste d'exception qu'était, dans les années 1950/1970, le Parisien Pierre Craemer dit le Gaulois : il passait partout.

Lors du Pâques en Provence 1983, il s'en alla, en vieux solitaire, toiser le Mont Chauve encore enneigé... Les services de déneigement retrouvèrent son corps près du lieu où se dresse la stèle de Tom Simpson (+1967). Lui aussi a eu droit à une (petite) stèle, dressée par ses amis cyclos, Elle est moins visible et moins connue, pourtant le Gaulois c'était quelqu'un !

Photo ci-jointe : Le courage cyclo est une bonne chose mais il faut se plier aux exigences de la montagne.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share


Date de création : 22/12/2010 @ 15:27
Dernière modification : 22/12/2010 @ 15:27
Catégorie : André Tignon
Page lue 4531 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^