André Tignon - - Le marchand de vélo adéquat
L'achat d'un vélo, surtout au moment où la nouvelle saison s'annonce, impose de faire des choix. Choix de la marque et, surtout, celui du meilleur revendeur en tenant compte du budget consenti.
Bernard Preuss, vélociste à Bruay-La-Buissière, propose et fabrique du haut de gamme sur mesure
La revue Cyclo Passion propose, dans son numéro de février, les résultats d'une enquête sur " les bons et mauvais revendeurs" menée sous couvert d'anonymat auprès de dix-neuf magasins de cycles représentants les vélocistes indépendants, les enseignes, les grandes surfaces et les sites Internet. Soit autant d'adresses possibles pour ceux qui se sentent des fourmis dans les jambes.

Les enquêteurs expliquent qu'ils ont été " plus ou moins conseillés" après avoir spécifié un budget, serré, de 1.500 euros pour un vélo de route sportif. De plus, ils souhaitaient une machine "évolutive" (la qualité d'un cadre durable primant sur les accessoires) pour des néophytes soucieux de la bonne taille. Car sans bonne position pas d'agrément sur le vélo.

Du côté des grandes surfaces telles que Décathlon, Intersport ou Gosport, qui n'ont pas toujours bonne presse dans les milieux sportifs plus exigeants, seul Décathlon tire son épingle du jeu au niveau du conseil : " Avec des vendeurs visiblement pratiquants ".

Nos enquêteurs parisiens ont aussi sollicité les enseignes telles que Culture Vélo, Espace Cycles, Vélo & Oxygène et Mondovélo que l'on connaît bien dans notre région. Si les conseils y sont inégaux le recours à de tels revendeurs est jugé avantageux pour le consommateur. Donc un bon rapport qualité-prix et de bonnes opportunités au moment des soldes.

Les sites internet, faute de conseils avisés, laissent toujours dubitatifs. Les enquêteurs concluent "Il est préférable de savoir ce que l'on cherche quand on s'adresse à ce type de revendeurs ".

Sans surprise, le revendeur indépendant reste une valeur sûre pour qui expose franchement son cas particulier : "Le vélociste n'a pas hésité à passer vingt minutes à cerner nos attentes ". Et, selon les enquêteurs, il n'a pas éludé la question de la taille du cadre, du cintre, de la potence et des manivelles. Ceci avant de conclure qu'un néophyte doit passer par le stade de l'étude posturale.

D'où la conclusion générale que "mieux vaut une machine de gamme moyenne parfaitement réglée et une position irréprochable qu'un vélo dernier cri sur lequel on est mal assis". Ce qui n'exclut pas le bonheur parfait, mais coûteux, d'une belle machine bien dimensionnée, roulant (presque) toute seule.

Photo ci-jointe : Bernard Preuss, vélociste à Bruay-La-Buissière, propose et fabrique du haut de gamme sur mesure.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share


Date de création : 18/02/2010 @ 14:28
Dernière modification : 18/02/2010 @ 14:28
Catégorie : André Tignon
Page lue 4574 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^