André Tignon - - A la rencontre de sa majesté le Galibier. 2011
Versant sud, après le Lautaret (2.050m), superbe montée vers le Galibier (2.642m) avec le glacier de la Meije comme décor.
Franchi pour la 1ère fois par le Tour de France il y a 100 ans, le col du Galibier est l'un des plus grands cols des Alpes françaises. Le plus mythique, franchi par des dizaines de milliers de cyclos.

En attendant les coureurs qui arriveront à son sommet via Briançon (sud) ce jeudi 21 juillet 2011 puis le franchiront le lendemain via Valloire (nord) avant de monter l'Alpe d'Huez, le Galibier voit défiler un nombre incroyable de cyclotouristes : 6.320 à la 30ème Marmotte le 02 Juillet, 1.300 à Luc Alphand Serre-Chevalier le 10, 7.420 à l'Etape du Tour Cyclo le 11 et 2.840 le week-end dernier avec le 46ème Brevet Randonneur des Alpes (BRA). Preuve, donc, qu'il est très accessible ?

Le Galibier est d'une effrayante beauté et son ascension donne de la hauteur à tout cyclo qui se laisse prendre au charme. Encore faut-il se motiver et prévoir un développement adapté, car ses deux versants sont longs et les pentes sévères.

En cyclotourisme, et c'est la différence avec la course, point n'est besoin d'attaquer. On met " tout à gauche " et si, par bonheur, le pourcentage est momentanément inférieur à 7 ou 8, on en profite pour souffler. Et non remettre du braquet. Les plus costauds passent avec leur compact 39x27 mais il n'est pas honteux de se hisser, lentement donc sûrement, sur un 28x28. Ainsi cette cyclote de Tours qui, au départ de Briançon, s'offrit le Galibier pour son 70ème anniversaire ce dimanche 03 Juillet 2011.

Le col du Galibier, formidable et classique escalade des Alpes françaises, a deux autres particularités pour le cycliste. Son versant Nord, sur 34 km pour passer de 718m à 2.642m, se grimpe en deux parties puisqu'après le col du Télégraphe (1.566) on replonge sur Valloire (1.405m) pour entamer un final grandiose après le Plan Lachat puis les Granges, au-delà de 2.000m.

Sur le versant Sud fait on converge au col du Lautaret (2.050) après de longues rampes tranquilles de 30 bornes venant de Bourg d'Oisans ou de Briançon. Le final commun est alors aussi costaud (8,5 km à 7%) que superbe avec le glacier de la Meije illuminée par le soleil matinal.

Sur ce versant sud, à 1 km du sommet et à l'entrée du tunnel ré-ouvert, se dresse le monument dédié à Henri Desgranges, le créateur du Tour de France (1903) et le fondateur des Audax Français (1904). Preuve supplémentaire que, même si leur allure et leurs ambitions diffèrent, la route et l'élévation sont communes pour les coureurs et pour les cyclos.

Dimanche 17 juillet 2011, près de 200 coureurs cyclistes se sont fait piéger par la neige et le froid au col du Galibier et ont dû être secourus : vêtus de shorts et de tee-shirts, ils ont été surpris vers midi par " le froid " et des chutes de neige sur le sommet du Col du Galibier, à 2.645 mètres d'altitude, où la température était descendue à 3 degrés centigrades.

Photo ci-jointe : Versant sud, après le Lautaret (2.050m), superbe montée vers le Galibier (2.642m) avec le glacier de la Meije comme décor.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share




Date de création : 26/07/2011 @ 13:39
Dernière modification : 13/08/2011 @ 13:03
Catégorie : André Tignon
Page lue 3358 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^