André Tignon - - De jour comme de nuit, les Randonneurs. 2011
Départ au crépuscule pour les courageux, équipés tout de même des dernières avancées technologiques.
Plus courtes que les jours, les nuits de juin sont propices aux longues distances avec délais des Randonneurs au long cours. Dans la perspective d'une Diagonale ou de Paris-Brest-Paris.

Ils savaient à quoi s'attendre, les 17 courageux qui prirent le départ, sur le coup de 20h, du Brevet Randonneur Mondial de 400 km des Audax Tournai à boucler, en direction de la Picardie, en moins de 27h. La nuit serait au rendez-vous de leur pédalée, jusqu'au moment où, faute d'avoir dormi, ils peinèrent à s'éveiller. Puis, pour rentrer du Pays de Bray, il leur fallut lutter obstinément contre le vent.

Cependant, et heureusement, tous rentrèrent largement dans les temps mais avec un écart de 10h (16-26) qui illustre la grande diversité des ambitions des Randonneurs au long cours.

Le départ vespéral se justifiait par l'expérience d'une route de nuit et le test de l'équipement " voir et être vu ". Sur le plan des lumières de formidables progrès ont été accomplis avec les lampes à LED qui éclairent vraiment et qui, pourtant peu encombrantes, tiennent le coup. Finies les affres du boitier à pile plate d'antan qui ne tenait pas la nuit malgré son maigre halo de lueur. Sans compter que les cahots de la route ou la perfide bruine matinale coupaient souvent le contact.

Progrès techniques

Du coup, le charme de la longue randonnée, combinée à l'esprit randonneur qui s'appuie sur l'autonomie, persiste et signe. Le GPS pallie les imprécisions de l'itinéraire de l'organisateur et le téléphone satellitaire permet de sortir plus vite de l'embarras. Dans ce sens-là, vive les progrès.

Mais l'essentiel demeure, à savoir se régaler de pédaler longtemps pour atteindre l'objectif. Lequel n'est souvent que provisoire. Le 400 ne fait que préparer au 600 km qui décerne le titre de " Super-Randonneur ". Lequel titre donne le droit de s'inscrire au Paris-Brest-Paris de fin août 2011. Soit 1.250 km en moins de 90h dans une grandiose organisation mondiale avec 5.000 participants.

La démarche est identique même si le contexte est très différent pour ceux qui se préparent aux Diagonales de France dont c'est, en juin, le meilleur moment. Pour cela on part, seul ou en petit groupe, librement et à la date de son choix. Avec des contraintes différentes d'intendance car cette fois il s'agit de rallier deux " sommets " de l'Hexagone, par exemple Dunkerque à Perpignan ou Strasbourg à Brest, en totale autonomie. Avec les aléas du temps et de la direction du vent.

Ce qui signifie que tous les espoirs sont permis quand on roule ... de jour comme de nuit.

Photo ci-jointe : Départ au crépuscule pour les courageux, équipés tout de même des dernières avancées technologiques.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share




Date de création : 20/06/2011 @ 14:53
Dernière modification : 13/08/2011 @ 13:48
Catégorie : André Tignon
Page lue 3040 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
^ Haut ^