André Tignon - - L'appétit des grands randonneurs
Petits randonneurs deviendront grands à condition de bien manger comme papa et maman.
Le Petit Diagonaliste n°57, revue de l'Amicale des Diagonalistes de France, livre le vieux secret des grands randonneurs : savoir bien alimenter la " chaudière ". Et donc avoir bon appétit.

Et Le Petit Diagonaliste de citer le témoignage de Roger Chétiveaux qui, le 27 Septembre 1947, a été le premier à tenter un " Triangle ", soit l'enchaînement de trois Diagonales, en l'occurrence Brest-Strasbourg-Perpignan-Brest. Une formalité pour lui d'arriver à Strasbourg en 52 h 45, puis de là atteindre Perpignan en 45 h 15. Or il s'arrête, en direction de Brest, à Toulouse en s'expliquant clairement : " Je suis un cyclotouriste qui juge de ses possibilités et ne cherche pas à dépasser les limites. Or, au départ de Perpignan j'ai compris que je n'avais plus de force de réserve. J'en étais à devoir manger presque sans arrêt pour pouvoir pédaler ".

Alors, le randonneur énumère ce qu'il a mangé sur les 210 Km de Perpignan à Toulouse (en 9 h30 !) : " Au départ, petit déjeuner cyclo avec omelette au jambon, café au lait, pain, beurre, confiture ". Sur la route, toutes les provisions y sont passées à savoir: " 3 omelettes de 3 oeufs, 3 gâteaux de riz, 3 tranches de jambon, du Dextro, une tablette de chocolat et du sucre ".

Se sentant sans doute un peu froid notre randonneur s'accorde un arrêt à Lézignan pour manger chaud : " J'ai absorbé 2 beefsteaks, du lapin et une escalope ". Quitte à avouer : " 40 Km plus loin, j'avais aussi faim. J'aurais mangé du pain sec, c'est tout dire! ".

Alors, ayant sous doute l'estomac dans les talons, Roger Chétiveaux prend une décision que tout bon randonneur considère comme exemplaire: " Voyant qu'à ce régime je ne pourrais pas tenir longtemps, j'ai décidé, sagement, me semble-t-il, d'arrêter. Avant qu'il ne soit trop tard ! ".

Grand bien lui fit car il n'y a pas que le vélo dans la vie si l'on n'est pas cycliste professionnel : " Je suis rentré en train de Toulouse au Mans le samedi. Je me suis reposé à la maison le dimanche. Et le lundi, à 7 h, j'étais au travail, frais et dispos ".

Forts de cette leçon, nombre de randonneurs se sont à leur tour lancés dans les Diagonales de France qui imposent de couvrir une moyenne de 1.200 Km en 100 h, soit quelque 280 bornes par jour. C'est faisable, mais à condition de s'alimenter et que la " chaudière " ne soit pas trop gourmande !

La réunion annuelle des Diagonalistes du Nord-Pas-de-Calais et Belgique se tiendra le samedi 20 Novembre 2010 à Cambrai, après le repas du midi.

Photo ci-jointe : Petits randonneurs deviendront grands à condition de bien manger comme papa et maman.

André TIGNON - www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share


Date de création : 03/11/2010 @ 13:29
Dernière modification : 03/11/2010 @ 13:29
Catégorie : André Tignon
Page lue 3881 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par chetiveaux le 29/06/2011 @ 12:49

Bonjour,

Sympa cet article , j'en ai appris un peu plus sur mon père .

Cordialement

Claude CHETIVEAUX

 
^ Haut ^