André Tignon - - A travers l'Himalaya pour tutoyer l'Everest
Cyclo assidu de nos brevets, mais attiré par les grands voyages à vélo bien organisés, André Binon (58 ans) a parcouru les 1200 km reliant Lhassa à Katmandou et plafonnant à 5.250 mètres.
André Binon (des Audax Tournai) à travers l'himalaya pour tutoyer l'Everest à 5250 mètres
Pas spécialement baroudeur, mais apte à s'intégrer dans une équipe motivée, le Beloeilois André Binon a l'expérience de grands périples cyclistes comme la Route 66, de Chicago à San Francisco sur route, ou le Kokopelli's Bike Trail en Utah, aux États-Unis. Il lui parut alors dans la logique de ses aspirations cyclos, alors qu'il est chef d'une entreprise de carrosserie à Péruwelz (B), de s'intéresser au Tibet avec ses magnifiques vues sur l'Everest et la chaîne de l'Himalaya.

Les conditions du périple ne sont déjà pas banales puisque notre pédaleur s'adressa à une société anglaise (Red Spokes) spécialiste de l'Asie. Quitte à se retrouver comme seul francophone, mais anglophile, dans une équipe comprenant 4 Australiens, 1 Néo Zélandais et 3 Anglais. Avec une consigne convenue "of course" "Pas la peine de se plaindre ou de s'engueuler. On traverse l'Himalaya!

L'aventure commence par une semaine d'acclimatation au Népal avec des entraînements sur les hauteurs voisines de Katmandou et dans l'attente du visa pour Lhassa, ville principale du Tibet chinois. Le groupe, qui est assisté par un camion de matériel et par un 4x4 d'escorte conduits par des Tibétains, fonctionne de manière autonome. Avec installation du bivouac en pleine nature chaque soir.

" Une fois en haut, quel spectacle "

Si les étapes sont relativement courtes (60-80 km) les conditions de route sont inégales, mais avec un temps d'avril toujours sec et lumineux. L'amplitude thermique explique le contraste entre le maillot manches courtes de jour et la doudoune "Himalaya" de nuit. Remettre les manches quand se lève le vent contraire qui emporte les drapeaux de prière et freine la progression des pédaleurs.

Lesquels, on s'en doute, sont confrontés à la rareté de l'air "Dans le col de Rang La (5. 235 mètres), le manque d'oxygène se fait cruellement sentir et nous oblige à mettre pied à terre le temps de reprendre notre souffle. Mais une fois en haut, quel spectacle! "

Car la récompense, c'est la majesté des lieux. L'Himalaya dans toute sa splendeur, à perte de vue. Avec un moment particulièrement fort : le bivouac au Camp de base de l'Everest, à 5 250 mètres. Impossible de pédaler plus haut, même si de là partent les expéditions visant le toit du monde (8.848 mètres).

Photo ci-jointe : Everest : 1.200 km Lhassa-Katmandou à travers l'Himalaya, via le camp de base de I'Everest à 5.250 mètres

André TIGNON www.nordeclair.fr


Partager cet article :
Bookmark and Share


Date de création : 15/12/2009 @ 15:19
Dernière modification : 08/10/2013 @ 00:02
Catégorie : André Tignon
Page lue 7511 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par hnk59 le 07/10/2013 @ 12:18

Super article.
Bravo.
 
^ Haut ^